quelques conseils aux nouveaux professeurs (aide-mémoire pour les autres)


Quelques Conseils « Colibri » aux professeurs :

– Parler de Colibri dès le début de l’année scolaire.

Peuvent être sélectionnés par le lycée, des élèves :

– Bons en japonais

– Bons dans les autres matières, ou au moins qui font des efforts sérieux et reconnus par leurs professeurs.

– Ne fumant pas du tout, et n’ayant pas l’habitude de boire de l’alcool

(La majorité est à 20 ans au Japon, et il est interdit de fumer ou de boire de l’alcool avant)

– Capable de s’adapter à la vie dans une autre famille sans remettre en cause les règles de cette famille et sans  être trop malheureux

– Capable de s’adapter aux règles du lycée (règles qui peuvent s’étendre aux activités hors lycée)

– Ayant une famille qui voudra et pourra à son tour accueillir l’élève japonais dans une ambiance familiale

– S’engageant à faire les rapports de séjour demandés par Colibri Japon et Colibri France.

 

Faire remplir le dossier DE MANIERE INFORMATISEE par les élèves (le manuscrit est à proscrire) après avoir rempli vous-même la partie vous concernant et concernant le lycée.  (Je vous conseille de remplir cette partie avant de leur adresser le dossier par courriel, afin d’éviter d’avoir à le remplir X fois ensuite) Pensez à garder le format de deux pages (trois si la rubrique personnelle est plus longue), et de enregistrez le dossier en PDF.

Les élèves doivent être parfaitement sincères ; un problème de santé ou autre n’est pas forcément rédhibitoire ; non signalé il peut créer de graves problèmes.

Le dossier doit donner une image suffisamment claire du candidat pour vous aider à apprécier les chances de sa candidature et permettre aux coordonnateurs japonais et français de faire ensuite des appariements raisonnables en fonction des profils de chacun.

(Gardez cependant en tête qu’il y a en général plus de candidats français que japonais, et qu’il n’est guère envisageable d’avoir plus de quatre candidats sélectionnés par lycée, peut-être moins…)

 

Il est nécessaire de recevoir les familles des élèves candidats correspondant à ces critères pour vérifier la motivation des familles et répondre à leurs questions et éventuellement à leurs inquiétudes.

Les familles doivent savoir que tout le réseau Colibri est entièrement bénévole, et notamment les professeurs,  et qu’il donne ses compétences, son temps et souvent des frais personnels avant, pendant et après l’échange pour offrir une chance très rare à leurs enfants.

Il faudra sans doute verser approximativement 1250 euros pour le billet d’avion et l’assurance, et prévoir 300 euros d’argent de poche. De plus les frais de transport à l’intérieur du Japon sont variables, mais ils peuvent être conséquents. Quand nous recevons une subvention nous pouvons participer à ces derniers frais, mais nous ne sommes jamais sûrs d’en avoir une.

 

Il vaut mieux donner la priorité à des élèves de seconde, et accorder éventuellement une deuxième chance en première à des élèves très méritants qui n’auraient pas été sélectionnés.

 

Une fois les appariements réalisés, vous serez informés ; il vous faudra distribuer les dossiers des élèves japonais correspondants et traduire les informations contenues (les dossiers de candidature japonais sont les mêmes que ceux des élèves français, mais en japonais). Prêtez attention aux allergies etc. Demandez impérativement aux familles de faire tout de suite une demande de passeport pour les élèves qui n’en ont pas. Nous en avons besoin rapidement pour la prise des billets collectifs à un (relativement) meilleur prix.

La sélection japonaise se fait un peu en décalé, l’année scolaire commençant en avril.

Prévenir les familles qu’un premier acompte de 600 euros sera demandé dès la candidature acceptée ; le solde sera à régler à la rentrée.

L’adhésion à l’association de Colibri est aussi indispensable (18 euros)

Dès que les appariements annoncés ne semblent pas poser de problèmes, les coordonnateurs français et japonais donnent le signal de commencer la correspondance entre élèves  pour apprendre à se connaître.

Prévenir bien sûr tout de suite le proviseur des candidats sélectionnés, des dates de séjour au Japon des élèves et en France des correspondants japonais.

 

A la rentrée,  faire une réunion avec les élèves concernés, les parents et quelques anciens élèves et parents « Colibri ».

Le Proviseur peut faire un mot d’accueil, ensuite le professeur de japonais fait une présentation relativement courte des grandes lignes de l’échange avec quelques consignes pratiques *. Passez ensuite aux questions des parents ou des élèves. Très souvent  les anciens peuvent vous aider à répondre

Laissez ensuite un moment libre et convivial pour que les familles s’entretiennent entre elles ; c’est extrêmement important pour créer un climat de confiance et de responsabilité.  Il est conseillé au lycée de prévoir un pot pour cette occasion.

 

 

* exemple de consignes pratiques :

Covoiturage conseillé quand l’aéroport est éloigné.

Prévoir impérativement  le change de l’argent de poche en France ; c’est souvent difficile et toujours contraignant pour les familles japonaises de le faire au Japon.

Tenir compte du lycée d’échange pour prévoir les vêtements adéquats.

Accepter le fait que le correspondant sa famille et le lycée ne seront pas forcément ceux  de vos rêves. Cela fait partie de l’expérience unique que vous aurez à vivre. Faites des efforts pour comprendre la vie que vous vivrez là-bas, profitez beaucoup de ce qui se passe bien et faites contre mauvaise fortune bon cœur si certaines choses ne correspondent pas à vos espoirs ; si un problème se pose à vous, en parler tout de suite à l’enseignant qui vous suit.

Le séjour COLIBRI n’est pas du tourisme que les élèves pourront faire à tout moment ensuite.  Il s’agit d’une expérience  de vie réelle en famille et dans le cadre quotidien japonais,  qui ne pourra pas être faite plus tard, et qui sera extrêmement précieuse si les élèves envisagent leur avenir en relation avec le Japon.

Conseils ou suggestions sur les cadeaux (pas de cadeaux coûteux)

– alcool, tabac et briquets interdits (des problèmes dans le passé)

– produits locaux ayant une histoire, appréciés

– bonbons ou très petits cadeaux à distribuer en classe…

Prendre ses médicaments courants avec éventuellement l’ordonnance.

Attention à ne pas prendre trop de choses. Le poids des bagages est limité, et l’on rentre toujours avec plus de choses qu’à l’aller.