Le japon n’est pas si loin…


Notre réseau est né en 2005 à Tokyo, lors d’une mission conduite par Alexis Rickenbach, alors Chef du bureau Asie-Océanie de la DREIC au Ministère de l’éducation nationale, accompagné de quatre  proviseurs et de moi-même.  Cette mission a reçu l’appui de l’ambassade de France pour la tenue de plusieurs réunions avec des chefs d’établissement de lycées à Tokyo où le français est enseigné, et des responsables du ministère de l’éducation japonais. La mission s’est terminée par un déjeuner rassemblant les personnes déjà citées, ainsi que des professeurs de français de lycées à Tokyo, pour fêter la naissance du réseau. Toutes les discussions organisées ont reconnu la nécessité d’organiser des échanges entre les deux pays et ce dès le lycée afin de promouvoir la connaissance mutuelle et susciter des vocations chez des jeunes susceptibles ensuite de travailler entre la France et le Japon. Les domaines où les deux pays coopèrent sont de plus en plus nombreux, que ce soit au niveau économique ou culturel.

echange

L’intérêt pour ces échanges est allé croissant chez les élèves français, au point que le nombre de candidatures est chaque année plus important. Je reçois plusieurs fois par semaine, des mails d’élèves des quatre coins du pays, ayant découvert nos activités grâce à ce site, et qui me font part de leur rêve d’aller au Japon.

En France, où les mangas sont les plus lus en dehors du Japon, de nombreux jeunes collégiens et lycéens découvrent ce pays par ce biais. Certains vont plus loin, en explorant le monde des dessins animés, des drama (séries télévisées) ainsi que les chansons. Je suis surpris, en tant qu’enseignant de japonais, par le nombre de choses qu’ils savent déjà sur la vie au Japon, et les mots qu’ils connaissent pour les avoir entendus ainsi. Cela n’était pas le cas auparavant, quand le Japon et sa culture demeuraient, pour nous Français, encore lointains.

L’organisation de ces échanges est une tâche lourde pour les coordinateurs et tous nos collègues en France comme au Japon, qui participent à cette entreprise. Je voudrais les remercier, très chaleureusement, ici. Mais, quand nous retrouvons nos élèves, au retour de ces voyages, enrichis par cette expérience, après avoir entendu le récit de leurs découvertes et de leurs rencontres, c’est pour nous une grande source de motivation. Enseigner une langue dans une salle de classe est une chose artificielle, et faire découvrir la culture japonaise quand le pays est si loin, est aussi fort difficile. Ces échanges, en leur permettant de découvrir au plus près le Japon, constituent en cela une aide précieuse.

Je souhaite de tout cœur que notre collaboration se poursuive, que les échanges se développent et que nous débutions bientôt de nouvelles formes de travail entre nos deux pays, notamment dans le domaine pédagogique. Merci encore à tous ceux, professeurs, élèves et parents qui permettent au réseau de vivre.

Stéphane Lamacq
Professeur de japonais au lycée H. Daumier, Marseille